Poulet aux prunes

On m’avait prêté cette BD depuis un certain temps ( plusieurs mois !) et je ne me suis décidée à la lire que ce week-end mais j’ai beaucoup aimé. Poulet aux prunes, de Marjane Satrapi, est paru en 2004, après la série d’albums Persépolis. Autant dire que je ne suis pas en avance côté BD !

Poulet aux prunes

Marjane Satrapi est une auteure de bande dessinée franco-iranienne. Dans Persépolis elle racontait sa vie en Iran. Avec Poulet aux prunes, qui remporta le prix du meilleur album au festival d’Angoulême en 2005, elle nous raconte cette fois l’histoire de son oncle musicien, Nasser Ali Khan, qui décide de se laisser mourir car son « tar » (sorte de luth) est brisé. N’arrivant pas à retrouver un instrument comparable, le musicien accablé perd le goût de vivre et agonise pendant une semaine au cours de laquelle il revoit sa vie.

J’ai été frappée par le dessin simple et précis de Marjane Satrapi. D’un trait noir sans fioritures, elle nous campe les personnages et leur vie en Iran. Avec le tar brisé, c’est la fin du désir, de l’appétit, de l’amour. Le musicien s’éteint parce que l’homme ne veut plus vivre un mensonge…

Je dois dire que je découvre l’univers de la BD ou plus exactement du roman graphique avec beaucoup de plaisir. Pour moi, la BD, c’était Tintin, Astérix ou Lucky Luke et je me rends compte que c’est un genre littéraire à part entière.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Facebooktwittergoogle_pluspinterestinstagramFacebooktwittergoogle_pluspinterestinstagram

Facebooktwittergoogle_plusFacebooktwittergoogle_plus

20 réflexions sur “Poulet aux prunes

  1. Une excellente BD de la non moins excellente Marjane Satrapi! (Et ce n’est pas dans la sélection des meilleurs albums qu’il n’y avait pas de femmes, mais pour l’élection du Grand Prix qui récompense l’ensemble d’une carrière. Des femmes nommées et récompensées, il y en a tous les ans et cette année ne fit pas défaut 😉 )
    Bises

  2. J’ai la BD Persépolis mais je ne connais pas Poulet aux prunes. J’ai plusieurs BD de style très différentes des classiques. Par contre je ne développe peu ce domaine : je suis la seule à vraiment les apprécier dans ma famille.

Laisser un commentaire